BIO / FR

BIOGRAPHIE – SYLVAIN BEUF

 

Beuf-Sylvain-©Henri-SELMER-Paris-(10)-copie-2Saxophoniste alto, ténor, soprano, compositeur et arrangeur né le 06 avril 1964.

Issu d’une famille de mélomanes, ses deux frères, clarinettiste et pianiste, lui font découvrir la sonorité du saxophone à l’âge de 10 ans grâce aux disques  de Paul Desmond et Sydney Bechet.

Coup de foudre qui le pousse à débuter ses études musicales au Conservatoire d’Orsay  avec le saxophoniste classique André Beun.

À 12 ans,  il organise des petites sessions avec des copains de son âge où il pratique des improvisations dans le style de la musique Nouvelle Orléans.

Son frère Vincent, qui est passé du piano à la basse électrique, l’invite à participer à des répétitions. Il va apprendre la batterie en autodidacte, instrument qu’il aimera toute sa vie,  et découvrir l’univers du rock et de la pop.

Son autre professeur, Daniel Petitjean, va l’initier à la tradition du saxophone classique mais aussi du jazz, en lui faisant écouter Charlie Parker et Eric Dolphy mais aussi les compositeurs du XXème siècle, Hindemith,  Stravinsky.

Rêveur et passionné il passe des heures à improviser dans sa chambre en oubliant quelques fois ses études…

À 15 ans il est invité à jouer dans un groupe de musiciens amateurs de la région avec qui il se produit en concert. C’est la rencontre avec l’univers du  jazz  qu’il pratique en parallèle de ses études classiques. Conscient de ses lacunes musicales, il décide de rejoindre l’école de jazz le C.I.M. dirigé par Alain Guérrini.

Il y rencontrera les saxophonistes Jean-Claude Forenbach, Claude Tissandier, Xavier Cobo et Charles Schneider qui l’impressionne par sa sonorité. Il apprendra l’harmonie du jazz,  des transcriptions et commencera à écrire ses premiers thèmes.

Découverte  du saxophoniste baryton Pepper Adams en concert accompagné du trio du pianiste Georges Arvanitas. Choc émotionnel absolu qui l’incite à devenir musicien professionnel.

À 17 ans il joue avec l’organiste Bruno Mathieu, élève de Jean Langlais et Jean Guillou et improvisera avec lui en duo dans différentes églises.

Il obtient en 1983 un prix de saxophone et de musique de chambre.  Année qui marquera l’arrêt de sa période classique pour le jazz et l’improvisation.

Départ pour Paris à l’âge de 20 ans où il fréquente des musiciens de son âge : Vincent Chaintrier, Christophe Wallemme , Christophe Marguet, Ludovic de Preissac, Gilles Réa, Pascal Gomez, Michel Vander Ersh, et le guitariste  Alain Blessing qui lui fait découvrir l’univers de Béla Bartok.

En 1986, il rencontre le trompettiste Francois Chassagnite avec qui il se lie d’amitié. Impressionné par le jeune saxophoniste, il l’engage dans son quintet pour jouer aux cotés d’Alain Jean-Marie, Georges Brown et Ricardo del Fra.

Première entrée dans le monde du jazz français.  Le saxophoniste Hervé Meschinet le présentera à son tour, au pianiste René Urtreger. Eblouit par sa musicalité, celui-ci  l’invite à se produire avec son sextet dans le cadre du 1er Festival de Jazz de la Villette en 1987 où il se produira aux cotés de Stéphane Belmondo, Hervé Meschinet, Christian Escoudé, Eric Dervieu, Niels Orsted Pedersen à la contrebasse. Ce concert marquera pour lui, un tournant  dans sa carrière de jeune musicien. La même année, il obtient le C.A. de jazz.

Lire la suite

 

 

 

Les commentaires sont fermés